L'APPRENTISSAGE DE L'ESCALADE EN TÊTE :
Justification :
  • Envie de grimper d'une manière plus logique.
  • Ethique.
  • Pas de sentier, pour monter *installer la corde en moulinette.
  • Corde trop courte (en double) pour la hauteur de la falaise.

Principe de fonctionnement

  • Je grimpe assuré du bas.
  • A chaque point d'ancrage, je passe la corde dans une dégaine attachée au point d'assurage.
  • Si Je chute 20 centimètres au-dessus du point d'assurage, la chute ne sera que de 40 centimètres et la corde arrêtera et amortira la chute.

Ce, qui traduit en langage plus élaboré, donne : Grimper, assuré du bas, en

Solidarisant sa corde aux différents points d'ancrage, afin de limiter l'ampleur (et les conséquences) d'une chute éventuelle.

Facteurs de sûreté :

Pour le grimpeur :

  • Encordement directement sur le baudrier : (nud de 8 conseillé en initiation).
  • Utiliser du matériel adapté

Exemple: Corde d'un diamètre de 9 mm pour des enfants de moins de 40kg, de 11 mm à partir de 40 kg

  • Lors des premières escalades en tête : voies très faciles en dalle à grosses prises, pour qu'il puisse se concentrer sur le maniement du matériel et non se demander comment il va faire pour pouvoir grimper.
  • Lors des débuts : la voie doit être correctement équipée (mousquetonnage faciles et évidents) pour éviter les chutes "conséquentes" (souvent dangereuses dans les voies faciles). Position de mousquetonnage des dégaines facile et évidente.

Pour l'assureur :

  • Faire un nud sur le brin libre ou s'encorder (pour éviter un problème de moulinette trop courte..).
  • Parade avant le premier point d'ancrage,
  • Le rôle de l'assureur se borne, en général, au début, à bien savoir bloquer la corde lors d'une chute, donner le mou au bon moment et ravaler la corde lorsqu'il y a trop de mou.
  • Des tests de suspension au l er point d'ancrage doivent avoir lieu pour qu'il puisse sentir le poids du grimpeur, la redescente etc...
Facteurs d'efficacité :

Pour le grimpeur :

  • Rechercher des positions de moindre effort pour mousquetonner les points d'ancrage.
  • Facilité de mousquetonnage, multiplicité des points afin de répéter souvent la manuvre. L'apprentissage passe par la répétition.
  • Eviter les galères du top (point de moulinette) ou des points mal disposés ou inaccessibles...
  • Les voies doivent avoir un caractère rectiligne pour éviter le tirage.
  • Le premier point d'ancrage ne doit pas être trop haut : le saut avant le premier point doit être possible.
  • Prévoir le matériel nécessaire :

Exemple: compter du sol le nombre de points d'assurage.

Pour l'assureur :
  • Bien se rendre compte de ce que représente la chute du grimpeur.
  • Connaître et maîtriser le fonctionnement du 8 lors de l'assurage d'un grimpeur en tête.
  • Progressivement, parvenir à assurer de façon dynamique : plusieurs techniques sont possibles, donner les moyens de les expérimenter pour que chacun choisisse la sienne.
  • Voir le grimpeur et suivre sa progression attentivement, position stable et proche de la paroi.
  • Certaines chutes du grimpeur peuvent déséquilibrer voire soulever un assureur inexperimenté et ainsi compromettre l'efficacité de l'assurage. Dans certaines situations, l'auto-assurage est indispensable mais ne doit pas être systématisé : mieux vaut apprendre à accompagner la chute correctement afin de parvenir à la maîtrise de l'assurage dynamique.
Test à vide de l'escalade en tête

Au cours d'une courte escalade jusqu'au premier et deuxième point d'une voie, il s'agit de travailler particulièrement

Pour le grimpeur :

Le mousquetonnage de la corde et la position la plus stable pour mousquetonner.

Pour l'assureur :

Permettre de manipuler le 8 : donner du mou, puis le ravaler, être vigilant et anticiper les manuvres du grimpeur. Attention : la manuvre n'est pas du tout la même que l'assurage en moulinette, il s'agit de bien la répéter.

Ensuite, le grimpeur se fait descendre en moulinette sur le premir ou le deuxième point pour faire ressentir à l'assureur la position la plus stable pour arrêter son grimpeur.

Les différents niveaux d'autonomie en tête

Evaluer les risques :

Pour le grimpeur et l'assureur :

Il s'agit de vérifier :

  • Si l'équipier est encordé correctement,
  • Si le grimpeur a pris le nombre suffisant de paires de mousquetons,
  • Si l'assureur est prêt à assurer.

Pour le grimpeur, évaluer :

  • Les possibilités de chute au sol,
  • La qualité de la surface de réception (à certains endroits, il est interdit de tomber voie avec terrasse, vire, gradins ... ).

                 

Les limites et moyens de réchappe :

LIMITES

MOYENS DE RECHAPPE

  • Points d'ancrage peu fiables
  • ajoutes de pkints d'ancrage intermédiaires (coinceurs... )
  • corde trop courte pour redescendre en moulinette
  • Enchaîner 2 rappels.
  • Ou faites un relais en haut de voie pour que votre assureur vous rejoigne et utiliser le sentier de descente.
  • Descendre en tête.
  • limites techniques ou physiques du grimpeur imposant un arrêt de celui-ci .
  • Comment redescendre en laissant un minimum de matériel dans la voie ?
  • Votre partenaire veut essayer :
  • Si la corde est assez longue, faites vous descendre en moulinette jusqu'à lui ;
  • si la corde est trop courte, enchaîner deux rappels pour le rejoindre ou choisissez un emplacement de relais deux ou trois points d'ancrage sous le passage difficile.
  • Votre partenaire ne veut pas essayer : il vous faut poser un rappel,
Les différents niveaux d'autonomie en tête :

1) être capable de grimper en tête et de redescendre en moulinette

2) être capable de grimper en tête, d'effectuer la manuvre du maillon rapide

(le maillon est en place en sommet de voie) et de se faire redescendre en moulinette

3) être capable de grimper en tête et d'assurer du haut ;

4) être capable de grimper en tête des voies de plus d'une longueur (relais, réversible...)

 

Les principales erreurs à éviter lors de l'apprentissage de l'escalade en tête ::

 

  • Ne jamais grimper en tête encordé sur mousqueton à vis : un mousqueton à vis se plaçant de travers ne résiste plus qu'à environ 500 kg Attention aux encordements farfelus

  • - sur porte-matériel,
    - sur le pontet pour les baudriers qui en ont un.
    Et consultez la notice du fabricant.
  • Vous avez terminé votre voie et vous choisissez de redescendre en moulinette. Au moment où vous passez en moulinette, avant de vous pendre sur la corde, vérifiez que votre partenaire vous assure. Si vous ne le voyez pas, tenez-vous à la corde (auto-moulinez -vous) jusqu'à ce que vous soyez certain que votre partenaire vous ait pris en charge.
  • Si vous vous encordez sur nud de chaise (ou de bouline), n'oubliez pas de faire un double nud d'arrêt en plus du nud de chaise. Un nud d'arrêt simple se défait trop fréquemment et un nud de chaise sans nud d'arrêt ne vaut guère mieux qu'un nud coulant...
  • Ne pas grimper en gardant la corde derrière une jambe :En cas de chute, le retournement du grimpeur est assuré.
  • Ne pas s'aider à franchir un passage en insérant un doigt dans une broche ou une plaquette : en cas de chute, doigt cassé voire arraché...
  • Eviter de grimper quand votre assureur n'est pas encordé ou n'a pas fait de nud en bout de corde.
  • Problème de vigilance de l'assureur : le mou n'est pas donné au bon moment, l'assureur ne reprend pas le surplus de corde après un mousquetonnage...
  • Voler n'importe où, n'importe comment : le vol ne vous fait pas, plus peur... Attention, certains points d'ancrage sont franchement mauvais et certaines surfaces de réception plus que dangereuses.
  • Lors d'une chute, le blocage trop sec de la corde (voire parfois le saut en arrière) de la part de l'assureur peut entraîner des lésions à la réception, le choc en est augmenté et le grimpeur n'a pas le temps de se positionner pour se réceptionner: apprenez à assurer dynamique...
  • Veillez au passage correct de la corde dans les mousquetons.